Catégories
BMW GS 1200

A nous les Ardennes

Une région pas très touristique, mais pleine de charmes, que nous avons parcourue sous un beau soleil.
Pour s’y rendre nous avons tracé au plus court à travers les départements de la Haute Saône, des Vosges, de la Meuse puis des Ardennes, en frôlant la Haute Marne et la Marne. Beaucoup de petites routes, parfois très roulantes, parfois tournicotantes, avec très peu de circulation, un vrai régal. C’était tellement bien, qu’au retour nous avons emprunté le même itinéraire sur une grande partie du trajet.
Le compte rendu détaillé ici

Catégories
BMW GS 1200

Balade en Forêt Noire 2020

Du 3 au 5 juillet 2020 765 km

Cette virée initialement prévue le 1 mai, reportée pour cause de COVID 19, s’est passée sous une météo très agréable, des motos en pagaille, surtout le samedi et le dimanche, du monde, comme au Titisee ou sur la B500 panoramique, procession de cabriolets et autres Harley. Heureusement les paysages sont magnifiques tout comme les routes, revêtement sans surprise, un hébergement parfait et une « équipe à riper le soleil » au top 😉👍✌️.

Pour voir le CR jour/jour, on clique ici

Catégories
BMW GS 1200

Livradois Forez

Trois jours, avec une étape à Lyon. Région superbe, belles petites routes sympas, un coup de cœur pour la ville d’Ambert. Pour retrouver le détail de la balade, Menu /Quand/2020/ ou Menu /Où/France ou plus simple clique ici

Catégories
BMW GS 1200

Aujourd’hui, révision

Samedi 30 mai 2020, 268 km

Parcours sympa pour l’aller, les mille étangs, les Vosges du Sud, calme plat sur les routes, surtout les petites. Quelques difficultés pour trouver un coin agréable pour la pause casse-croûte, avec soleil et ombre, 2 places assises, à l’abris du vent de Nord Est, avec la moto en vue ! Ce sera Bellefontaine et sa belle petite église qui fera notre bonheur. Beaucoup d’animation au garage. Vente de moto, dépannage de dernière minute, changement de pneus. Nous avons quand même réussi à essayer le nouveau moteur, 1250 cm3, non pas sur une GS ou GSA, mais sur une RT. Côté moteur, plus de rondeur, de la souplesse, de la pêche aussi, un bon shifter, une bulle électrique sympa. Mais côté passager, rien de bon, moins de place, position moins agréable que sur la GSA ! Finalement nous quittons le garage sans avoir eu le « reset » sur le rappel au compteur, la console étant occupée à la reprogrammation complète d’une GS d’un jour, très capricieuse. Au retour nous déposons quelques petites pièces à Frahier. Apéro sympa, nous repartons même avec une belle barquette de fraises.

Catégories
BMW GS 1200

On retrouve les copains

jeudi 21 mai 2020 100 km

Denis, Isabelle, Philippe et Sophie arrivent vers 14h, nous partons pour notre balade, direction Baume les dames, petites routes sympa, une fois de plus mon GPS part en vrille, je loupe une intersection, je me rattrappe rapidement. Retour par la vallée du Cusançin, beaucoup de monde, en particulier vers le cours d’eau. Pause KF-cake en remontant de Cusanse sur le col de Ferrières. Au retour, une petite bibine, et toujours beaucoup de discussions. Belle journée, la route superbe, la météo splendide, bien content de se retrouver après cette période de confinement, même si des contraintes subsistent.

Catégories
BMW GS 1200

Post confinement

Mercredi 20 mai 2020

Première sortie aujourd’hui, 150 km à moins de 100 km à vol d’oiseau, en respectant les 80 km/h, tout un programme. La moto est propre comme un sou neuf, j’ai juste oublié de refaire les gonflages. Belles petites routes de Franche Comté, du Doubs plus exactement. La trêve fut longue, mais le plaisir de conduire cette bécane est resté intact.
Casse-croûte en pleine nature sous un beau soleil, loin de toute présence humaine. Nous passons ensuite à la Roche du Prêtre, magnifique point de vue sur Consolation et le début de la vallée du Dessoubre, que nous emprunterons pour le retour.

Catégories
BMW GS 1200

Confinement

En attendant des jours meilleurs 😉 Prenez soin de vous

Catégories
BMW GS 1200

Bilan Turquie (but de notre dernier road trip)

Sur le territoire Turc : 21 jours 3600 km 14 étapes 2 jours de pluie.

Je ne m’étais jamais vraiment interressé à ce pays, trop lointain, mauvaise réputation sur la route, trop chaud… Et puis, la lecture de quelques compte rendus a commencé à éveiller ma curiosité. La préparation du voyage, m’a permis de combler une petite partie de mes immenses lacunes sur l’histoire de ce pays. Les Mongoles, mais aussi les empires grecs, perses, romains, byzantins et ottomans sans oublier Atatürk, le fondateur de la république de Turquie, ont laissé des traces, que l’on retrouve à travers les nombreux sites antiques, les monuments, l’habitat, les portraits, les drapeaux …
La Turquie c’est aussi de magnifiques diversités de paysages, montagnes, vallons, de grandes forêts  de pins en bord de mer, côtes sauvages ou bétonnées, sur la mer Egée ou la mer Noire, d’immenses plateaux en altitude  parfois très arides. C’est un pays de contrastes également, la pauvreté de certains est encore plus difficile à comprendre à côté de la richesse d’autres. La Turquie c’est aussi un pays musulman, on trouve de l’alcool que dans certains restaurants, par contre on ne peut pas rater  le muezzin qui fait l’appel à la prière à 5h du mat. On voit beaucoup de femmes voilées, jamais au « bistrot », là où l’on peut voir les hommes jouer parfois au backdamon.
Les incontournables comme Istanbul, Pamukkale, la Cappadoce, les sites antiques, que de beaux souvenirs !
La nourriture parfois épicée accompagnée  souvent de yaourt, les feuilletés salés ou sucrés, la viande grillée ou kebab, les baklavas et les loukoums. Le thé  est la boisson nationale  ; on en trouve partout, quelquefois offert même  dans les stations service. Le café est moins répandu.  Il y a le café  Turc (avec le marc et le petit verre d’eau ) ou le nescafé. Au restaurant il n’est pas rare d’être invité à composer son menu devant une vitrine où sont exposés tous les plats du jour.  Attention le serveur turc est un vrai rapace, dès que vous posez vos couverts il saute sur votre assiette pour vous l’enlever. Mais après il propose très rarement un dessert, certains restos offrent une petite douceur.
Les infrastructures routières sont très remarquables. Le pays est quadrillé par de grandes routes gratuites à  4 voies, avec en plus, souvent, une belle voie d’arrêt d’urgence utilisée pour tous types de raisons, arrêt minute des Dolmus, tracteurs, animaux, voitures ou petites motos en contresens.
Cependant le Turc au volant s’identifie trop souvent à Fangio, avec une grande dextérité pour le klaxon et une ignorance quasi totale de la fonction clignotant. Ajouter à cela les pointes de vitesse de tous les types de véhicules y compris les 35  tonnes, l’absence totale de code de la route, un parc automobile vieillissant souvent très polluant, voilà ce que nous retiendrons de la conduite en Turquie.
Ce bilan malgré tout très positif on le doit aussi à la météo quasi parfaite, à peine 2 jours de pluie, pour le reste du ciel bleu, des températures entre 15 et 27 ° avec des pointes à 32°, la Mer Égée à 23 25°, nous ne pouvions pas espérer mieux.
Mais, si il y a une chose que nous devrions retenir de ce voyage, c’est l’extrême gentillesse et l’hospitalité du peuple Turc ! Bien entendu, comme nous l’a si bien dit Makbul, il y a des bons et des mauvais turcs, règle qui s’applique dans tous les pays du monde, je suppose. Mais l’accueil, les petites intentions, en un mot, la gentillesse nous ont vraiment bluffés tout au long de notre balade.

Pour retrouver l’intégralité de notre journal de bord

La Cappadoce un incontournable !